Soyez maudits !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Ce que l’immense majorité des Algériens ne sait pas, et qu’elle ignore totalement, et même royalement, est que tous les barons du régime algérien, ainsi que leurs nombreux clients, sont tous parents les uns des autres. Tous !

Ils ne se marient qu’entre-eux., depuis l’indépendance du pays. Ils sont une grande et même famille, même s’ils portent des noms différents, même s’ils sont issus de régions différentes. Ils tous liés par des alliances matrimoniales qui ont fait que n’importe qui parmi eux est parent, d’une façon ou d’une autre, à n’importe qui d’autre parmi eux !

C’est pour cela que même lorsqu’ils se déchirent, ils ne s’entretuent jamais ! C’est par populations interposées qu’ils règlent leurs différends, en bons féodaux qu’ils sont, pétris dans la même alliance du sang.

Ils sont là, tous là, à dépecer la bête qu’est ce malheureux pays.

Nous avons eu la malchance d’avoir un pays riche, gorgé de richesses naturelles.

Ils n’avaient qu’à se servir.

Ils ont vite compris qu’ils devaient d’abord nous neutraliser. C’est ce qu’ils ont fait, en commençant à créer en notre sein des faux moudjahidines par centaines de milliers, puis des apparatchiks et des garde-chiourme pour nous surveiller, liquider ceux parmi nous qui osaient la plus insignifiante récrimination, nous encadrer par leur syndicat harki, nous fliquer par leur police politique, et nous monter les uns contre les autres, ethnie contre ethnie, région contre région, mouvance politique contre une autre. Puis, ils ont été assez malins pour nous réserver une part du butin, pour nous inciter à nous disputer leurs restes.

Ils ne nous ont rien épargné ! Rien !

A un certain moment, quand les Algériens ont osé choisir pour leurs représentants des gens qu’ils estimaient les seuls à les débarrasser de l’ogre qui les dévorait tout crus, ils ont lâché sur nous la mort et la dévastation, pour nous punir de notre outrecuidance. Et ils ont réussi à nous faire entretuer les uns les autres, en orchestrant avec soin les tueries, jusqu’à nous vider de toute velléité de révolte, jusqu’à nous faire regretter d’avoir osé les contester.

Puis, après un carnage indicible, qu’ils avaient donc provoqué, jusqu’à le réguler en fonction de leurs morbides stratégies, ils ont enfin décidé, quand vint le temps des violons, en même temps que celui du gargantuesque  festin , qui leur était tombé dans le giron, ils décidèrent que nous ne devions plus nous saigner les uns les autres, et même que nous devions pardonner, et demander pardon à nos propres bourreaux.

ls firent tant et plus, que nous leur sommes devenus redevables, pour avoir fait cesser l’holocauste qu’ils avaient eux-mêmes provoqué. Nous devions chanter leurs louanges, nous abimer en gratitude éternelle.

La manne qui était tombé du ciel, ou plutôt qui était sortie des tréfonds de notre terre, débordait de richesses.

Le pays a engrangé presque mille milliards de dollars en l’espace de trois mandats présidentiels. De quoi nous propulser au niveau des pays les plus prospères du monde, si nous avions eu seulement un Etat un tant soit peu honorable. Au lieu de cela, ils s’en servirent pour devenir encore plus riches, pour installer leurs familles dans les plus belles capitales du monde, pour mettre à l’abri de tout besoin plusieurs générations de leurs descendants.

Ils firent tant et si bien qu’ils menèrent ce beau pays à une situation d’où personne, pas même les plus brillants experts du monde ne pourraient l’en sortir. Parce que pire que l’immense gâchis qu’ils avaient provoqué, c’est l’homme algérien qu’ils ont dévasté, ravalé au rang de zombie.

Aujourd’hui, les valeurs ancestrales de notre peuple, celles-là même que tous les envahisseurs successifs de notre pays n’ont pu extirper de notre âme, ont été éradiquées, totalement anéanties, pour être remplacées par les pires attitudes que l’on puisse imaginer.

Ils ont fait de notre peuple un troupeau bêlant, qui ne demande rien d’autre que de pouvoir brouter. Et ils ont fait encore pire que cela. Ils ont fait en sorte de faire le vide autour de nous, pour que nous ne puissions jamais nous unir, nous organiser, rallier une force amie qui pourrait nous rassembler, face au loup.

Les seuls mouvements politiques qui ont été autorisés à exister ont été gavés d’argent sale, corrompus, transformés en gloutons inconditionnels, qui ne savent rien d’autre que de servir le maître, pour avoir droit à ses restes.

Nous en sommes là aujourd’hui !

Nous sommes un peuple en déshérence !

Notre pays ne peut plus connaitre qu’une inéluctable issue, celle de l’explosion généralisée. Notre pays est sur le point de crever comme une bulle de savon au soleil. Parce qu’en plus de leur penchant naturel à la prédation, ces monstres sont d’une incompétence abyssale, pas même capables de garder vivante la vache qui les nourrit. Plutôt que de se contenter de s’en sustenter, ils l’ont mise à mort, pour la dévorer toute crue !

Voilà où nous en sommes !

Mais cette famille n’est pas la seule à être blâmée, puisque nous même sommes entrés dans leur jeu.

Nous avons acceptés qu’ils tuent les plus nobles parmi nous, qui se battaient pour nous.

Nous avons applaudi à nos propres bourreaux.

Nous nous sommes marchés sur la tête les uns des autres, pour nous disputer leurs miettes.

Nous n’avons même pas été capables de penser à nos propres enfants.

Lorsque la dalle nous tombera sur la tête, nos vampires iront rejoindre leurs pénates dorés. Et nous, nous n’aurons plus qu’à nous entretuer encore une fois, à faire ce pour quoi nous avons été programmés, pour finir comme ces peuples qui se massacrent à coups de machette !

Nous ne devrons nous en prendre qu’à nous seuls ! Ceux qui nous auront amenés à notre perte seront loin, bien au chaud dans leur cocon doré !

D.Benchenouf

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »